Les projets qui patinent…

Par | 3 commentaires

Dans un précédent article, je parlais des échecs et des conclusions qu’il fait généralement en tirer (spoiler : aucune).

Pourtant le plus dangereux pour un entrepreneur (qu’est-ce que je n’aime pas ce mot!) ne sont pas les échecs mais les projets qui patinent.

Généralement, ce sont des projets qui marchottent suffisamment pour que vous ne les laissiez pas tomber mais pas assez pour en être pleinement satisfaits.

Ces projets demandent généralement pas mal de temps à faire tourner et une sorte de routine s’installe. Vous continuer à faire vivre le truc parce que quand même ça marche un peu, mais rien n’évolue vraiment et une certaine lassitude s’installe.

D’ailleurs un grand nombre des mes échecs présentés dans mon parcours ont d’abord été des projets qui patinent avant que je ne décide de les débrancher.

Le danger de ce type de projets, c’est qu’il bouffe du temps et de l’énergie (les deux denrées les plus rares qui existent dans une vie). Au lieu de consacrer des efforts à développer de nouvelles idées ou à pousser plus loin des concepts qui marchent déjà bien, vous vous épuisez à maintenir les projets médiocres en vie.

Le problème c’est qu’il est difficile de détecter un projet qui stagne et qui n’a pas d’avenir d’un projet à démarrage un peu lent mais qui va cartonner.

Voici, dans les projets que j’ai montés, quelques exemples de projets que j’ai arrêté bien qu’ils marchaient et ceux que je continue de faire vivre malgré leur légère stagnation.

Projets arrêtés :

Blog-o-Lyon : le site marchait bien, mais la gestion était chronophage. Le rapport temps passé / bénéfices n’étaient pas du tout intéressant. Il aurait fallut automatiser plus de choses, mais je n’ai pas eu l’envie d’investir d’avantage d’énergie pour ce projet. Résultat : Stoppé malgré plus de 350 blogs inscrits.

Rattrapage Musical : ce projet m’a permis de découvrir plein de nouveaux artistes et ce simple constat aurait largement suffit à ma motivation pour continuer. Mais préparer une playlist et mettre à jour le site tous les mois étaient beaucoup trop chronophages. Résultat : Stoppé malgré plus de 100 abonnés aux playlists.

Projets qui continuent :

Lyon Family Crunch : un rythme de publication chaotique, une fréquentation bonne mais pas démentielle. Je continue ce projet parce que je pense que le potentiel est toujours là. Le plus gros a été fait et un grand nombre de choses est automatisées. Il ne reste plus qu’à produire du contenu ! Je pense qu’un changement de fonctionnement dans la team de rédacteurs devraient résoudre le problème.

CityCrunch Live : un première édition réussie malgré quelques défauts. Je ne perds pas l’ambition de rendre ces évènements réguliers, mais on cherche encore comment financer les prochaines éditions. Je continue de croire en ce projet car l’énergie qui s’est dégagé de la première édition était juste fantastique. Je penses également qu’il faut amorcer la pompe est qu’une fois que nous aurons 3-4 éditions au compteur il sera plus facile d’obtenir des annonceurs pour financer ces évènements qui coutent relativement chers à produire.

Montpellier CityCrunch : le constat est le presque le même que pour Family Crunch à la différence que MCC commence à décoller en terme de traffic et que la communauté des fans Facebook devient importante. J’ai l’impression que comme pour son grand frère lyonnais, on va finir par être dépasser par ce projet et qu’il falloir qu’on raccroche les wagons à une locomotive partie à plein régime. Du coup le projet continue et s’organise pour être prêt pour le décollage annoncé.

J’espère ne m’être pas trompé dans mon choix de projets à continuer ou à stopper. On verra bien.